Skip to content
Deprived of work by COVID, prison escapee surrenders after 30 years of beach life on the run


Canberra, Australia – A 64-year-old fugitive entered a Sydney police station to surrender nearly 30 years after using a hacksaw blade and bolt cutters to escape jail, police said on Wednesday. Darko Desic decided to return to prison because Sydney COVID-19[feminine le verrouillage l’a rendu sans emploi et sans abri, ont rapporté les médias.

Desic s’est rendu au poste de police Dee Why sur les plages à la mode du nord de Sydney dimanche matin et s’est vu refuser la libération sous caution lorsqu’il a comparu mardi devant un tribunal du centre-ville pour s’être évadé d’une garde à vue légale en 1992, selon un communiqué de la police. L’accusation est passible d’une peine de sept ans de prison.

Le verrouillage de Sydney, qui a commencé en juin, avait coûté à Desic son travail d’argent en main en tant qu’ouvrier et homme à tout faire, ont déclaré des sources policières anonymes au Daily Telegraph et à l’Australian Broadcasting Corp de Sydney.

Deprived of work by COVID, prison escapee surrenders after 30 years of beach life on the run
Les gens profitent du soleil de l’après-midi à Avalon Beach, le 10 janvier 2021, à Sydney, en Australie, où le fugitif Darko Desic aurait passé 30 ans à vivre en cavale, jusqu’à ce que COVID-19 le prive de travail.

James D. Morgan/Getty


“Il a dormi sur la plage samedi soir et m’a dit : ‘Rends-le, je retournerai en prison où il y a un toit au-dessus de ma tête'”, a déclaré une source au journal.

Desic avait 35 ans lorsqu’il s’est évadé d’une prison centenaire à Grafton, à 390 miles au nord de Sydney, dans la nuit du 31 juillet au 1er août 1992.

La police allègue qu’il a utilisé des outils, notamment une lame de scie à métaux et des coupe-boulons pour couper les barreaux de la fenêtre de sa cellule et une clôture de périmètre.

Il avait purgé 13 mois d’une peine de trois ans et demi pour avoir cultivé de la marijuana.

Né dans l’ex-Yougoslavie, Desic a déclaré à la police qu’il s’était évadé parce qu’il pensait qu’il serait expulsé une fois qu’il aurait purgé sa peine, a rapporté le journal. Il craignait d’être puni pour ne pas avoir effectué son service militaire obligatoire dans son ancien pays, qui s’est depuis divisé en plusieurs nations.

On ne sait pas immédiatement vers quel pays il pourrait être expulsé. Il n’est pas citoyen australien. Le journal a déclaré que les agents de l’immigration ont renoncé à le rechercher et lui ont accordé en 2008 la résidence en Australie.

Desic a déclaré à la police qu’il avait passé tout son temps en liberté sur les plages du nord de Sydney dans la banlieue d’Avalon et, selon le journal, n’avait jamais attiré l’attention de la police à cette époque.

Desic a gardé un profil bas mais a déjà été mentionné dans “Australia’s Most Wanted”, une véritable émission télévisée policière qui a duré une décennie jusqu’en 1999, après que quelqu’un a rapporté l’avoir vu à Nowra, à 120 miles au sud de Sydney.

.